09/10/2009

Calanque de Morgiou (Marseille)

Enfin, j'ai pu mettre les pieds dans les Calanques (de Morgiou et Sermiou, au moins), après des années d'annulations pour cause d'incendies. C'est vrai mais paradoxal que les Calanques, situées en bord de mer, sont très sèches: pas une rivière, pas d'eau courante, rien! La seule eau est fournie en citerne par camion (pour lessives et vaisselles) et en bouteilles (pour la consommation).

Autre paradoxe, elles ne s'élèvent qu'à 400 mètres d'altitude, mais on a l'impression de faire de la montagne avec les dénivellés (car on part depuis le niveau de la mer), et tout cela, comme je le disais, sans espérer une fontaine ou un ruisseau! Heureusement, chaque Calanque est pourvue d'un bar, et c'est d'une terrasse justement, que j'ai réalisé ce croquis en ce début de mois d'août, sur mon petit carnet  de voyages XIV (16). L'aquarelle et le marqueur sépia sont les rares éléments de mon matériel que j'aie emportés en balade cette fois-là.

La Calanque s'ouvre sur la mer, et à hauteur des deux jetées du fond se cache, hors champ sur la gauche, la plage de galets où j'avais dormi, en cette nuit de pleine lune. Apparemment un des seuls endroits vaguement plats et non visités par les sangliers.

De belles petites cabanes bricolées s'accrochent sur des terrains minuscules, où habitent des heureux chançards (des retraités souvent, des familles entières pendant l'été) qui, parfois, donnent l'impression de posséder même l'air que vous respirez, les nuages que vous voyez, le paysage que vous leur cachez, et vous le font bien sentir.

Croquis © Benoi Lacroix 2009

 

Morgiou_pp

10:15 Écrit par Benoi | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : france, nature, bateau, provence |  Facebook |

Les commentaires sont fermés.